Accueil > Actualités > A la une > Interview de Martine Blanloeil, famille d’Accueil de Mécénat Chirurgie Cardiaque

Interview de Martine Blanloeil, famille d’Accueil de Mécénat Chirurgie Cardiaque

20.03.2019
mcc_famille_blanloeil550

« Tout commence à Roissy à 5 h 55 un matin de septembre, nous attendons une petite Laotienne de deux ans et 9 mois. Tout en tenant une pancarte de bienvenue bien en évidence, nous avons le trac et nous nous posons certaines questions : aura-t-elle fait un bon voyage depuis le Laos ? N’est-elle pas trop fatiguée par ce long périple depuis son village ? La séparation avec ses parents n’a-t-elle pas été trop difficile ? Marche-t-elle ? ...
Mais… chut ! Elle arrive avec l’accompagnateur Aviation Sans Frontières (ASF), lui très souriant, elle très perplexe. Séparation très rapide avec l’accompagnateur, promesse de le tenir au courant.

mcc_famille_blanloeil550

« Bonjour Latda, c’est parti pour une Aventure commune que nous mènerons à bien, c’est certain ! »

Première réponse à mes questions, Latda marche très bien… Arrivée à notre domicile, ce lieu où elle va vivre pendant quelques semaines, elle découvre en passant de pièce en pièce, ouvre les placards, regarde quelque premiers jouets…

Ses premiers repas, oh surprise ! Nous ne mangeons pas sur le tapis mais à table ! Elle s’habituera très vite à cette coutume comme elle devra s’habituer à notre nourriture, à condition d’avoir du riz de temps en temps.

Sa première nuit est très courte, sans doute en raison du décalage horaire, mais aussi à son nouvel environnement. Elle a découvert une nouvelle surprise : elle dort seule dans un lit et dans une chambre rien que pour elle… elle s’habituera très vite.

Au petit déjeuner, lait concentré sucré tartiné sur une brioche, lait dégusté à s’en faire des moustaches blanches, avant la douche, ce menu rythmera son quotidien chaque matin.

Son rendez-vous à l’hôpital pour passer des examens préopératoires, Latda l’accepte sans pleurer. Elle circule dans les couloirs de l’hôpital comme sur un terrain de jeux ! Latda a une malformation cardiaque, elle souffre d’un canal artériel non fermé, d’une CIA (communication entre les oreillettes) et d’une petite CIV (communication entre les ventricules).

Très bonne nouvelle : la CIV se referme, petit à petit, depuis son examen lors de la mission Mécénat Chirurgie Cardiaque au Laos en octobre dernier… elle pourra être opérée à cœur fermé ! Latda passera peu de jours à l’hôpital et n’aura pas de séjour de convalescence au Centre des Côtes.

Le jour de l’opération arrive, nous l’emmenons à l’hôpital pour son opération. Il est 7 h 00 du matin et elle est souriante et confiante. La confiance : il n’y a rien de mieux si elle est réciproque. Mais à ce moment-là, le stress nous est réservé !

À l’hôpital, tout s’est très bien passé, Latda revient rapidement chez nous parmi ses jouets déjà devenus familiers et ses nouvelles habitudes… Elle retrouve aussi ses crayons de couleur qui ont laissé quelques œuvres sur nos murs !

Pendant le temps très court, que nous avons partagé, 5 semaines, Latda est une petite fille curieuse, rieuse, elle s’adapte à tout : au bus, au métro à la voiture (au Laos, il y a beaucoup de cyclomoteurs !). Pas du tout sauvage, elle aime les rencontres et provoque l’admiration avec son sourire ravageur.

À cet âge-là, aucune barrière linguistique, elle nous comprend très bien et se fait très bien comprendre.

Nous constatons très vite, qu’elle aime beaucoup les fraises avec de la crème chantilly ainsi que les œufs de caille qui lui rappellent son Pays… Le soir, elle ne veut pas sortir de table parce qu’elle sait qu’ensuite le dodo ne va pas tarder. Elle est quand même raisonnable et quand il est temps de se coucher elle râle un tout petit peu. Mais une comptine a raison de ses réticences et elle s’endort très rapidement jusqu’à 8 h le lendemain matin…. Quand elle veut se lever elle nous le fait savoir : Latda est vraiment géniale.

Aller rencontrer le Professeur Leca, faire des bisous à tous ceux qui travaillent au bureau du Mécénat (adaptation à nos coutumes alors qu’au Laos on ne s’embrasse pas !), faire une séance photos pour l’Association où elle sait qu’elle est la star… On sent chez elle un caractère certain et c’est tant mieux !

Le jour du départ approche… nous sommes convoqués chez le Professeur Leca qui, à la lecture de son dossier et de son examen clinique donne le feu vert du départ… Déjà ? Oui, ses parents l’attendent ! Valise faite, nous partons pour Roissy et attendons l’accompagnateur d’ASF (le même qu’à l’aller !) Et là… déception…. Latda pensait que nous partions ensemble. Certes, nous aimerions l’accompagner, mais non, laissons-la retrouver sa famille, son pays.

Sa pathologie est guérie, ce qui lui permettra de ne pas être assidue annuellement à un contrôle médical. Notre mission est accomplie.

Heureusement, il existe un autre moyen d’avoir de ses nouvelles et de la suivre : c’est un parrainage scolaire. Futée comme elle est, ce sera sûrement envisageable le moment venu…. Mais ce sera une autre aventure ! »

Latda était le 15e enfant que nous accueillons chez nous et accompagnons pour Mécénat Chirurgie Cardiaque. Ce souvenir restera gravé dans notre mémoire.