Accueil > Glossaire

Glossaire

RSE : responsabilité sociale des entreprises

La responsabilité sociale des entreprises (RSE) se définit comme un« concept dans lequel les entreprises intègrent les préoccupations sociales, environnementales, et économiques dans leurs activités et dans leurs interactions avec leurs parties prenantes sur une base volontaire ».

Microcrédit

S'inscrivant dans le dispositif de la microfinance, le micro-crédit permet à des populations pauvres de pouvoir emprunter des sommes plus faibles que des crédits classiques. Elles peuvent donc y accéder selon leurs moyens sans s'endetter.

Microfinance

La microfinance met à disposition de populations démunies des produits financiers accessibles selon leurs faibles ressources. Le micro-crédit s'inscrit dans cette logique, au même titre que la micro-assurance ou la micro-épargne.

Label Novethic

Initié en 2009 par Novethic (média sur le développement durable et centre de recherche sur l’investissement socialement responsable et la responsabilité sociale des entreprises), le label Novethic est attribué aux fonds ISR respectant des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG).

Label Finansol

Le label Finansol, créé par l'association éponyme, a été instauré afin d'aider les épargnants à choisir leurs placements solidaires. Le label est attribué ainsi aux placements qui se distinguent par leur transparence et leur respect de critères éthiques exigeants.

ISR : Investissement socialement responsable

Aussi nommé épargne éthique, l'investissement socialement responsable (ISR) désigne une méthode de sélection des entreprises cotées en bourse (économie classique) en fonction de leur performance financière et d’une appréciation de leur comportement éthique, social et environnemental. La sélection de ces fonds tient compte de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance.

Fonds 90/10

Un fonds est appelé « 90/10 » lorsque 5 à 10 % de l'épargne est placée dans des entreprises solidaires. Le reste, soit de 90 à 95 %, est investi sur des valeurs cotées en bourse relevant de l’ISR. Un particulier peut investir dans ce type de fonds notamment au travers de l’épargne salariale.

Financeurs solidaires

Les financeurs solidaires sont des intermédiaires financiers qui investissent l'argent confié par les épargnants dans des projets et des activités solidaires. Ils contribuent, pour la plupart, au développement de l’emploi en soutenant financièrement et en accompagnant des créateurs d’entreprise.

Finance solidaire

La finance solidaire est le circuit qui relie l’épargnant à des projets à fort impact social et/ ou environnemental.

ESS : Economie sociale et solidaire

L’économie sociale et solidaire (ESS) est un ensemble socio-économique qui regroupe des organisations de personnes et non de capitaux, porteuses d’un projet d’intérêt collectif. Ces structures prônent une économie fondée sur des principes communs et un mode de gouvernance spécifiques. L’ESS rassemble ainsi les associations, les coopératives, les fondations et les mutuelles qui sont naturellement fédérées autour de l’intérêt collectif de leurs membres ou de l’intérêt général qu’elles servent. L’ESS représente 10,3 % de l’emploi en France.

Epargne salariale solidaire

Versée par les salariés et abondée par l’entreprise, l’épargne salariale est traditionnellement gérée par l’intermédiaire de fonds communs de placement d’entreprise (ou FCPE). L'épargne salariale solidaire a bénéficié en 2010 de l'entrée en vigueur d'une loi obligeant les entreprises à offrir la possibilité à leurs salariés de placer leur épargne salariale dans un fonds solidaire. Ce fonds est également nommé « 90/10 » car 5 à 10 % de l'épargne est placée dans des entreprises solidaires. Le reste, soit de 90 à 95 %, est investi sur des valeurs cotées en bourse dans la catégorie ISR.

Entreprise solidaire

Une entreprise reçoit l'agrément « solidaire » lorsqu’elle répond à un certain nombre de critères définis par la loi de modernisation de l'économie du 4 août 2008 et réaffirmés dans le décret du 18 mars 2009. Une entreprise est solidaire notamment lorsqu’un tiers de ses salariés sont en contrats aidés ou en insertion professionnelle, ou reconnus travailleurs handicapés ; ou lorsqu’elle est constituée sous forme d’association, coopérative, mutuelle, institution de prévoyance, ou de société dont les dirigeants sont élus par les salariés, les adhérents ; et lorsqu’elle respecte certaines limites en matière de rémunération.

Epargne éthique

L'épargne éthique est aujourd'hui davantage connue sous l'appellation d’investissement socialement responsable (ISR). L'investissement reste dans le domaine de l’économie dite « classique » puisqu'il s'agit de placer son argent sur des entreprises cotées en bourse, mais il est également dit « responsable » car les entreprises doivent répondre à des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance, en sus des critères financiers.

Epargne de partage

L'épargne de partage consiste à aider financièrement des associations, des fondations ou des organisations non gouvernementales. L'épargnant accepte de renoncer partiellement ou intégralement aux intérêts générés par son épargne ou bien consacre un pourcentage de ses versements à leur soutien. Cet apport financier entre dans le cadre fiscal du don.

Capital risque solidaire

Le capital risque solidaire fonctionne sur la même base que le capital risque classique. Les investisseurs apportent des fonds propres à des entreprises en création ou en développement. À la différence que l’objet de l’entreprise est social et que la plus-value monétaire n’est plus le premier critère de choix. La plus-value solidaire est également mesurée par un système de notation portant à la fois l'utilité sociale et le gain socio-économique.

CIES : Comité intersyndical de l’épargne salariale

Le Comité intersyndical de l'épargne salariale a été créé le 29 janvier 2002, soit moins d'un an après la loi du 19 février 2001 sur l’épargne salariale dans les PME. Son nom provient du fait que le Comité a été initié par 4 grands syndicats : la CGT, la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC. Ainsi, le CIES joue un rôle de catalyseur auprès des entreprises, pour impulser leurs actions solidairement responsables. Il permet également de garantir les placements en devenant le relais entre salariés et établissements financiers.