Accueil > Épargne solidaire > Les différents placements

Les différents placements

Suivez le guide

Imaginez qu'à votre échelle, vous puissiez donner un sens altruiste et solidaire à vos finances. Qu'à votre modeste façon, vous preniez part à des causes humanitaires, vous agissiez pour l'environnement, ou encore contre ces inégalités qui vous ont toujours révoltées.Eh bien, épargner solidaire c’est possible, et même de plusieurs façons : l’épargne de partage, l’investissement solidaire  et l’épargne salariale solidaire.

 

L'épargne de partage, via un mécanisme de solidarité portant par exemple sur les versements ou sur les revenus du placement, permet, tout en épargnant, de générer un don à destination d’associations d’intérêt général ou d’utilité publique. Comme tout don direct à ce type d’organisme, les dons provenant d’un produit d’épargne de partage ouvrent droit à une réduction d’impôt. Les produits d’assurance vie et les livrets bancaires solidaires fonctionnent principalement sur ce principe de partage.

 

Le dispositif se révèle bien différent pour l'investissement solidaire. Dans cette deuxième catégorie, l’épargnant place son argent sur des fonds destinés à des entreprises solidaires, ou à des projets boudés par les investisseurs classiques. Les fonds solidaires les plus répandus sont appelés « fonds 90/10 ». Ils portent bien leur nom : 90 % des sommes déposées sont investies en titre cotés et sélectionnés selon les critères  de l’investissement socialement responsable (ISR) ; les 10 % restants sont investis dans des entreprises solidaires, absentes des marchés financiers. La microfinance, qui fait beaucoup parler d’elle, propose elle aussi une approche qui peut être solidaire en permettant aux personnes exclues du système bancaire traditionnel d’accéder à des services financiers.

 

Ne vous y méprenez pas : l'investissement solidaire se distingue clairement de l’ISR. L’investissement solidaire repose sur un degré d’engagement plus fort puisque les activités soutenues ne sont pas cotées en Bourse et sont choisies en fonction de leur utilité effective en matière de lutte contre l’exclusion, de cohésion sociale ou de développement durable. L’ISR désigne quant à lui une méthode de sélection des entreprises cotées en Bourse en fonction de leur performance financière et d’une appréciation de leur comportement éthique, social et environnemental.

 

Troisième catégorie : l'épargne salariale solidaire. Comme toute épargne salariale, elle permet à des salariés de se constituer une épargne  par l’intermédiaire de leur entreprise, notamment par le biais de l'intéressement et de la participation qu'ils perçoivent. Cette épargne salariale prend une dimension solidaire lorsque le salarié choisit d’investir son argent sur un ou plusieurs fonds utilisés pour appuyer des activités à caractère solidaire. Ces fonds sont appelés Fonds Commun de Placement d’Entreprise Solidaire (FCPES). Depuis 2010, tout plan d’épargne entreprise (PEE) et plan d'épargne pour la retraite collectif (Perco) ont pour obligation de proposer au moins un FCPES.

 

Les labels

 

A l'heure actuelle, deux labels permettent aux épargnants de s'y retrouver en toute transparence : le label Finansol et le label Novethic.

 

Le label Finansol distingue les placements d'épargne qui répondent avec exactitude aux critères et exigences de la finance solidaire.

 

Le label Novethic, quant à lui, est délivré aux fonds d'investissement socialement responsable (ISR) dont la gestion prend systématiquement en compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance.