Accueil > Actualités > A la une > Solidarité : interview de Yannick Leplomb Caussemille, famille d’accueil de l'association Mécénat Chirurgie Cardiaque

Solidarité : interview de Yannick Leplomb Caussemille, famille d’accueil de l'association Mécénat Chirurgie Cardiaque

04.04.2017
Famille-Leplomb-et-Layana

En janvier 2017, Monsieur et Madame Leplomb, famille d’accueil de l'association Mécénat Chirurgie Cardiaque, ont accueilli Lyana, petite rwandaise de 5 ans. Témoignage.

 

Aujourd’hui, nous avons parmi nous, Layana petite rwandaise de 5 ans qui est un rayon de soleil. Layana est arrivée le 4 janvier, fatiguée, bleue, prise de malaises régulièrement mais gardant son joli sourire.

Elle a tout de suite trouvé sa place parmi nous, malgré la barrière de la langue (elle parle le kinyarwanda), sa gaieté et son sourire nous ont conquis.

Elle a été opérée très vite en janvier, d’une tétralogie de Fallot, opération qui fut un succès. Son séjour à l’hôpital n’a pas toujours été facile car ce petit bout ne voulait pas être seul. Chaque soir, après mon départ, elle manifestait son mécontentement et sa peur en hurlant. Heureusement, au bout de quelques jours, les “blouses roses” – les personnes bénévoles qui s’occupent des enfants dans les hôpitaux - prenaient le relais avec beaucoup de patience et d’amour.

 

Layana est revenue dans notre famille après onze jours d’hospitalisation, guérie et avec des suites opératoires simples.

Une nouvelle vie commençait pour elle : courir, monter des escaliers, découvrir notre monde.

 

Notre petite Layana est issue d’une famille pauvre du Rwanda, son père est agriculteur et nous avons compris qu’il avait une chèvre et quelques poules. Sa famille habite une case sans eau ni électricité.

 

Ses premières découvertes furent naturellement les boutons électriques, les robinets d’eau et les toilettes, que des jeux merveilleux ! Il a vite fallu lui faire comprendre que c’était des jeux dangereux et la suivre pour tout fermer derrière elle.

Beaucoup plus merveilleux fut la découverte, des parcs avec les jeux, de la trottinette, du vélo et tout simplement de pouvoir courir, monter seule un escalier.

Il me faut maintenant une excellente condition physique pour pouvoir la suivre car c’est devenu une professionnelle de la trottinette. Les toboggans même, les plus hauts, ne lui font pas peur et de semaine en semaine, elle s’enhardit.

 

Layana est maintenant une petite fille complètement autonome, fini les bras, la poussette, l’assistance. Ses mots préférés en français sont « toute seule ».

C’est une petite fille pleine d’humour et de joie, elle a d’ailleurs les dents du bonheur.

Dès son réveil, elle descend toute seule et adore nous faire peur en éclatant de rire. Elle a fait de gros progrès en français : « vous faites des bêtises, encore, attention, joli, bisous, merci, musique » sont des mots qui n’ont plus de secret pour elle. Nous apprenons aussi toutes les parties du corps et tout ce que nous voyons dans la rue.

Tout l’intéresse, difficile de faire des courses car il faut tout nommer et regarder. Difficile aussi de manger dans le calme, elle est le centre de tout et tout tourne autour d’elle, éclats de rire, taquineries. Nos jeunes ne sont pas les derniers à l’accompagner dans ses bêtises !

Le soir au coucher, nous faisons un bisou pour chacun des membres de sa famille et de la nôtre.  Nous terminons par « famille de Layana et famille de Yannick égal AMI » en croisant les doigts des deux mains.

 

En conclusion, notre petite princesse rwandaise est un pur bonheur, elle repart la semaine prochaine avec un cœur tout neuf, des images plein la tête et ravie de retrouver toute sa famille.

Nous allons essayer de la scolariser grâce au parrainage scolaire mis en place par MCC pour les familles pauvres. Layana n’était pas scolarisée jusqu’à présent, car elle faisait trop de malaises.

Notre histoire avec elle va donc pouvoir continuer…Nous lui souhaitons une très belle vie. »